»Boublon et Bouble », journée rando à Chantelle, dim. 28 mars 2021

Le département de l’Allier est traversé / irrigué par de nombreuses rivières dont la Bouble et son affluent le Boublon. Ces deux cours d’eau seront notre thématique du jour, car suivre les cours d’eau est toujours agréable, particulièrement lorsqu’ils traversent de belles gorges comme le fait la Bouble à proximité du village de Chantelle. Beau temps froid : il a gelé cette nuit encore car pas un nuage en vue, ce qui rendra cette journée encore plus agréable…

< < < ARTICLE PRÉCÉDENT ——————- ACCUEIL DU BLOG ———————- ARTICLE SUIVANT > > >

Notre circuit part de Chantelle-la-vieille, village situé à quelques kilomètres à l’Ouest de Chantelle et -c’est symbolique- nous commençons d’abord par franchir le pont qui enjambe la Bouble.



Entre les arches du pont s’est formée une île, en partie visible ici.



Une façade, qui n’a sans doute pas beaucoup changé depuis un siècle. A gauche, près de la conduite de descente de gouttière, on voit la plaque de bois qui portait une pompe à bras, sans doute reliée à un puits situé sous la maison. Avant le miracle de l’eau courante distribuée à l’évier par un robinet, c’était certainement là pour les familles locales le point d’approvisionnement pour les besoins ménagers et domestiques.





L’herbe des près est couverte de givre.





Comme l’herbe environnante, le chardon est couvert de givre.




Nous passons au lieu-dit Buchepot, où se trouve un ancien château.





Nous atteignons enfin le Boublon, que nous allons suivre -de plus ou moins proche- un moment, presque jusqu’au lieu de sa confluence avec la Bouble.









L’ancienne gare de Fourilles. Là passait un tacot…



Le château de Fourilles, un peu à l’écart du village.





Une graine de ?? tombée sur la route.



Nous atteignons le lieu-dit Le Colombier.



Mais pourquoi être VERT ? ! Sans doute simplement pour être de la même couleur que les feuillages environnants.



La Bouble



Motif d’écume, issu des remous et sans cesse changeant…


La pause pique-nique au bord de la rivière étant terminée, nous sommes prêts à repartir.


Ayant refranchie la Bouble, cette fois sur une ancienne passerelle, nous faisons une petite pause, occasion d’une petite pose… photo.






Il est à noter que le pont qui enjambe actuellement la Bouble à l’Est de Chantelle et porte la route allant à Saint-Pourçain est doté de trois arches, tout comme le fut le pont romain qui, bien longtemps auparavant, le précéda et est encore visible à quelques centaines de mètres de là.






Nous avons enfin le plaisir de parcourir ce beau chemin le long de la rivière, au fond de la gorge.



Sur la parois de la gorge exposée au soleil, il y a par endroits les vestiges de terrasses construites autrefois pour des cultures vivrières. Mais en certains lieux, il n’y a que roches chaotiques et enchevêtrements d’arbustes couverts de mousse.



En quelques endroits nous devons remonter pour franchir par dessus un rocher qui borde de façon abrupte le cours d’eau.



Des plantes s’accrochent au rochers en glissant leurs racines dans leurs moindres anfractuosités… C’est une des spécialité du nombril de Vénus dont les feuilles rondes sont ici bien visibles. Comestible.



Superbe tapis de pervenches.





Nous franchissons un passage étroit délicat au pied d’un rocher inaccessible lors de hautes eaux.



Des troncs couchés en travers de la rivière peuvent causer la formation d’un embâcle.



L’abbaye vue depuis la rive de la Bouble.



La passerelle construite suivant la méthode du début du XXe siècle, c-à-d avec des plaques d’acier rivetées à chaud (ainsi construisait-on les paquebots et d’autres ouvrages de grande taille tels que… la Tour Eiffel) est toujours en place, au pied du chemin en lacets qui remonte à l’abbaye.





Par endroits, le franchissement des rochers formant une gorge étroite demande de remonter par un passage escarpé.



L’abbaye vue depuis le fond du vallon.



Une fois remonté du côté de Deneuille-les-Chantelle, on a une autre vue sur l’abbaye…



… et sur le bourg.



Fabien est artisan coutelier. L’acier, le bois, la corne… il aime cs matériaux, qu’il travaille pour les lames ou les manches… Il a trouvé au bord de la rivière un morceau de bois flotté dont la forme lui a plu et, bien que ce soit un peu lourd, il le porte déjà depuis un long moment (et il ira jusqu’au bout avec !).



Petit pont ancien sur le Muzan, récemment restauré, au point d’en paraître irréel vu de près. Le revêtement du pont est fait d’une calade de galets.



Et voilà, franchi le petit pont, nous sommes presque arrivés au terme de ce circuit de 23,5 km.



< < < ARTICLE PRÉCÉDENT ——————- ACCUEIL DU BLOG ———————- ARTICLE SUIVANT > > >