“La Sioule“ : Journée Rando à Jenzat

DIMANCHE 30 DÉCEMBRE 2018 : la dernière sortie de l’année…

Le temps est frais et brumeux. Nous aurons juste droit à une fugace apparition du soleil en milieu de journée, mais le temps est bien pour marcher.
Après être montés sur le plateau en direction de Charroux, nous redescendons vers St-Germain-de-Salles.

    

    

Le règne végétal disperse partout où il le peut un mélange de structures organisées, ordonnées voire symétriques ou dotées de règles de répartition et d’autres qui fabriquent du fouillis en envahissant tout l’espace avec frénésie…       

                       

         

Nous traversons le petit bois qui sépare le village de St-Germain-de-Salles de la Sioule.

   

   

                 

Axelle, petit chaperon noir, avec ses deux chiennes :

           

                 

         

Pour notre pause casse-croûte, nous nous arrêtons au bord de la Sioule, en un lieu tranquille et confortable (tout est relatif). Seule photo de cette série où la Sioule est visible, cette vision fantomatique d’un arbre mort échoué temporairement près du rivage, en attendant qu’une prochaine crue l’emporte plus loin et broie tous ses bois les plus fragiles.

             

Autre vision particulière : à proximité de la rivière, une carcasse de voiture calcinée. Ici, le moteur, du moins ce qu’il en reste. Comme dirait Bourvil,  »c’est sûr, elle roulera beaucoup moins bien… »

             

Dans la dernière partie du circuit, nous avons traversé le Bois des Balais : une butte boisée, entaillée de quelques profondes combes, où règne toujours la fraicheur.

La fougère scolopendre exige des lieux ombragés au sol toujours humide pour pousser. Cette touffe est ainsi en un lieu idéal, au pied d’un bloc rocheux en fond de vallon.

         

En fin de parcours, nous revenons à proximité de la rivière et empruntons sa vallée, par endroits étroite car taillée dans le rocher qui apparaît en falaises plus ou moins hautes. C’est ainsi que nous voyons cet effet de grotte (sans profondeur).

                 

Il y a beaucoup de stromatolithes dans cette région… J’en ai montré au pied de la colline, avant d’arriver aux Diagots mais, au retour, nous en voyons un beau spécimen sur le lieu-même de notre départ. Avec ici la structure fine – on voit même les stries de croissance – de ce qui devait être la base du bloc.       

Stromatolithe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *